Association citoyenne du pays de Château-Gontier sur Mayenne

Individualités et Monde

Individualités et Monde

Le mois dernier, l’hiver était à ses prémisses et nos pensées erraient entre les derniers frimas de l’automne et les bienfaits du repos hivernal, en vue d’une démocratie printanière renouvelée.
Je souhaiterais continuer sur ce thème et la culture (au sens premier du terme) m’y invite ; je suis en train de mettre en place dans une partie de mon jardin décoratif un potager en me lançant dans la permaculture qui éclairera mon cheminement ; celle-ci donnera du sens au labeur (car il en faut !) en participant à l’entretien de la vie de la terre, en être protecteur, favoriser l’espace naturel, maximiser les ressources, observer la nature, la respecter… naturellement, offrir de l’abondance pour partager ensuite… etc. En définitive il s’agit d’une méthode holistique et de donner du sens à l’activité jardinage, sans oublier la vocation première, celle de bien se nourrir.
Justement, ce besoin vital alimentaire parlons-en.
Il a évolué au cours des temps, d’abord pour la survie des chasseurs-cueilleurs puis, vient la révolution agricole avec la culture et l’élevage et donc la sédentarisation, puis l’âge moderne, la mécanisation… Aujourd’hui, on doit toujours se nourrir pour vivre, et la place occupée dans le budget des ménages varie énormément :
Selon le niveau socio-économique et culturel des citoyens, on peut opter pour un choix dans son alimentation ou bien être contraint sans véritables alternatives possibles.

Engagé depuis de longues années pour la Solidarité International, un concept plus récent vient me bousculer : celui de citoyen du monde. En effet, que l’on parle de globalisation ou mondialisation, il est désormais admis et intégré que nos actes et nos comportements de tous les jours ont des retentissements et des conséquences au niveau planétaire. D’ailleurs, le flux migratoire des pays du sud vers ceux du nord, que l’on voit se développer depuis maintenant quelques décennies est en réalité la partie visible de l’iceberg dans ce champ complexe qu’est celui de l’injustice et du déséquilibre Nord-Sud. Le réchauffement de la planète en est une autre illustration et là, c’est la double peine, puisque ce sont les habitants des pays les plus modestes qui subissent en premier les conséquences, alors qu’ils ne sont pas les acteurs de la carbonisation.

Revenons maintenant à ce besoin vital de manger, de bien manger. Poussons l’adage Penser global, agir local : c’est également vrai pour l’alimentaire qui peut alors se décliner en “l’alimenterre”…
Comment puis-je être citoyen du monde en prêtant attention et réflexion sur mes choix agro-alimentaires ?
Consommation de produits locaux, agriculture biologique et/ou raisonnée, produits de saison, limitation des emballages, diminution de viande et poisson : voilà quelques pistes sans doute pas exhaustives que je suis en train de mettre en œuvre.

Ainsi, le citoyen du monde sait être responsable de ses consommations envers les autres habitants du monde.
Qu’elle soit individuelle ou collective, cette responsabilité est en cohérence avec nos droits et nos devoirs, et fait lien avec le vivre-ensemble… car ”le vivre-ensemble c’est bien mais pas 7 ou 8 dans la même pièce”[1] ! Cela fait référence au mal logement et la précarité des familles qui vivent de manière indigne.
L’individu, citoyen du monde, dénonce les injustices sociales, et peut s’engager dans une démarche collective.

Cette articulation du je et du nous est tellement importante pour faire société. Pensons-y à l’occasion du prochain rendez-vous électoral.

J’ai la chance d’être dans un environnement où l’individu a un rôle à jouer.

Alors jouons-le !

Daniel pour Aux Actes Citoyen.ne.s !


[1] Slogan d’une association d’aide au logement


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.